Artistes: Julie Lassonde, Sophie Dumesny, Éveline Boudreau, Noémie Roy, Laura Demers, Eléonore Donati, Saïda Ouchaou-Ozarowski , Martine Côté , Habibata Ouarme, Chantal Leblanc, ImageFatale aka Karen Vanderborght et Shahla Bahrami

Le Labo – 401 Richmond Street West studio 277, Toronto

Exposition du 8 au 31 mars 2024


6 degrés, territoires de narration est une manifestation artistique participative qui sonde l’identité, dissèque l’intimité, et brave les contours obscurs du patriarcat à travers la magie des mots.



Réunies sous le commissariat de Dyana Ouvrard, des artistes femmes canadiennes dont Noémie Roy, Julie Lassonde, Éveline Boudreau, Sophie Dumesny, Laura Demers, Saïda Ouchaou Ozarowski, Martine Côté, Habibata Ouarme, Chantal Leblanc et ImageFatale entrecroisent leur plume dans un récit poignant à travers des lettres. Ce projet participatif, remarqué lors de Nuit Blanche Toronto 2023, intègre le public à part-entière, l’invitant à prolonger la correspondance et à porter les voix de femmes refusant le silence.

Ces paroles explorent des thèmes brûlants tels que la liberté, le partage, le féminisme, et les luttes, au sein de notre société contemporaine. Au cœur de ce rendez-vous, l’œuvre médiatique engagée de Shahla Bahrami prend vie, s’intégrant harmonieusement à l’installation collective. À travers des épingles et des aiguilles perforant un tchador, la main de l’artiste brode des mots d’amour, symbolisant la résistance au patriarcat, accompagné du son mélodique d’un santoor.

Les lettres exposées dévoilent des fragments de vies, des éclats de vérité, suscitant une envie profonde de justice. Chaque mot, chaque ligne compose une certaine note dans ce que l’on pourrait appeler la symphonie de la compassion, appelant à cultiver le désir de participer à un projet commun plus juste, plus équitable, plus durable pour un l’avènement, un jour, d’une démocratie nouvelle.

Ce projet offre une idée rassurante, celle que les voix qui résonnent ici ne sont pas seulement entendues mais écoutées avec une posture attentive. C’est un hymne à la compréhension mutuelle, une célébration de la diversité des expériences. En un an, cette manifestation artistique a évolué en une grande odyssée collective, où la lumière de la parole intime se mêle à la complexité et à la vulnérabilité, reliant chaque être humain par ces six degrés de connaissances, dans une résonance universelle.

L’exposition, qui se tiendra du 8 au 31 mars dans l’espace du Labo constitue le point d’orgue d’une manifestation artistique qui se décline en différents temps forts.

NUIT BLANCHE 2023
avec Julie Lassonde, Sophie Dumesny, Éveline Boudreau, Noémie Roy, Laura Demers, Éleonore Donati
Nuit du 23 septembre 2023 entre 19h et 7h du matin

LECTURES ÉLECTRONIQUES (plus d’infos)
avec Julie Lassonde, Noémie Roy, Laura Demers, Saïda Ouchaou Ozarowski et Karine Ricard
en partenariat avec le Théâtre français de Toronto
📆 vendredi 2 février 2024 à partir de 18h

ATELIER D’ÉCRITURE
avec Noémie Roy
en partenariat avec le Salon du Livre de Toronto
à l’UOF (Université de l’Ontario français), 9 Lower Jarvis
📆 samedi 2 mars 2024 de 13h à 15h45

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION
accueil de la radio-performance de l’artiste Geronimo Inutiq pour son oeuvre J’appelle chez nous | I’m calling home en partenariat avec l’AGAVF
📆 vendredi 8 mars 2024 à partir de 18h00, puis DJ set
prenez votre billet

EXPOSITION
avec Julie Lassonde, Sophie Dumesny, Éveline Boudreau, Noémie Roy, Laura Demers, Eléonore Donati, Saïda Ouchaou Ozarowski, Martine Côté, Habibata Ouarme, Chantal Leblanc, ImageFatale et Shahla Bahrami
📆 vendredi 8 mars au dimanche 31 mars 2024 (ouverte du mercredi au vendredi de 12h à 18h et le samedi de 11h à 14h)

PODCAST Rencontre avec les mots de Lan Yee
avec Ophélie Pichon
disponible sur le site Internet du Labo et toutes les plateformes d’écoute
📆 à partir du jeudi 21 mars 2024

VEILLÉE Retour sur le projet Tourné monté
avec Sophie Dumesny et Ophélie Pichon
📆 samedi 23 mars 2024 à partir de 19h

« Écouter est un art complexe, et j’ai appris que la salle d’exposition fait partie des instruments »

Janet Cardiff, artiste canadienne 

Au sujet des artistes initiatrices

Noémie Roy est autrice, artistique pluridisciplinaire et enseignante. Elle a participé à certains numéros des revues Exit et Zinc. En 2021, elle publie son premier recueil de poésie Parmi celles qui flambent (Les Herbes rouges). Née au Québec, elle emménage à Oshawa en 2022. Si elle visite les interstices des provinces, des disciplines et des genres littéraires, son travail fouille toujours les différentes facettes de la transformation : le vieillissement, la guérison, le soin, et ce, avec le besoin de se lier à soi, aux autres et au monde.


Julie Lassonde est une artiste de la performance originaire de Montréal, qui s’intéresse à différents sujets tels le genre, l’intimité, les normes socio-juridiques affectant la vie quotidienne et les processus relatifs à la performance, tels la répétition. Formée en mime corporel, Julie a présenté des performances solos et improvisations à Montréal, Toronto, Calgary, Vancouver, Victoria, Berkeley, San Francisco et Édimbourg. Julie sera en performance aux côtés de A.M. Matte le jeudi 23 mars 2023 à 19h pour l’ouverture de l’exposition Transforming Grief au Centre des visiteurs de Fort York.


Sophie Dumesny est une artiste multidisciplinaire aimant expérimenter tous types de médium. Sa curiosité et son esprit d’aventure, la guide dans son exploration artistique. L’art médiatique a une place de prédilection dans son art, elle est passionnée par le cinéma depuis l’enfance. Elle est actuellement en développement de son premier long-métrage documentaire La Censure du Poil qui explore les tabous autour des poils féminins, grâce à l’obtention d’une bourse du Conseil des Arts du Canada.


Éveline Boudreau est une artiste multidisciplinaire, qui œuvre présentement en art performance. Lors de ses performances, Boudreau propose des thèmes, et des conversations prennent place entre elle et des interlocuteurs.trices. Au cours de ses interactions s’installent des processus de collaboration et de réflexion. Les sujets qu’elle aborde portent sur l’identité, la technologie, et la violence contre les femmes. Voilà ce qui la préoccupe et qu’elle partage, questionne et transmet lors de ses rencontres.


Laura Demers est une artiste et commissaire indépendante franco-ontarienne œuvrant à Toronto. Elle détient un BAV de l’Université d’Ottawa (2015) et une Maîtrise en histoire et théorie de l’art de l’Université de Toronto (2017). Son travail artistique et curatorial lui permet de se pencher sur des questionnements entourant les écologies urbaines et rurales, l’usage de l’espace et des ressources, les savoirs situés et leur transmission, et de s’interroger sur la matérialité changeante de notre environnement. Elle est co-fondatrice de la galerie autogérée the plumb.


Saïda Ouchaou-Ozarowski s’est installée à Toronto récemment, après 20 années à Vancouver. Son premier film, Pluri’Elles, parle de l’expérience de femmes francophones originaires de pays du Sud, diffusé à Radio-Canada. Son exploration de la richesse culturelle du Canada se retrouve dans Demain, nous parlerons tous chinois. Son dernier film, À pleine voix, produit par l’ONF, déboulonne les préjugés communs sur les femmes de cultures musulmanes au Canada. Les mouvements de population, les identités multiples et la condition des femmes sont au cœur de son travail.


Martine Côté, née à Québec en 1981, est photographe. Elle capture la quiétude et l’essence de la terre, exprimant calme et paix dans ses clichés. Diplômée en saxophone du Conservatoire de musique de Québec, elle a ensuite obtenu un baccalauréat en commerce, lui ouvrant les portes des communications. Dotée d’un regard critique envers l’image et le message, la photographie devient sa voie naturelle. Inspirée par les paysages hivernaux québécois et des artistes tels que Rita Letendre, Jean-Paul Lemieux, Bernd et Hilla Becher, elle adopte une approche rigoureuse, fusionnant son passé musical et son expertise en communication.


Habibata Ouarme, cinéaste canadienne émergente d’origine ivoirienne et burkinabé, a reçu une bourse du Conseil des Arts du Canada pour son prochain projet, « 1001 Couronnes Pour Ma Tête », explorant les coiffures africaines. Son premier long métrage documentaire, « KOROMOUSSO – BIG SISTER », coréalisé avec Jim Donovan, traite des mutilations génitales féminines. Elle siège au conseil d’administration du RAFIQ, une organisation qui soutient les femmes immigrantes et racialisées du Québec. Actuellement, elle prépare son premier court métrage dramatique en mettant toujours l’accent sur ses racines et son point de vue unique.


Chantal Leblanc obtient le diplôme du programme d’Arts Visuels avec mention de la Central Technical School en 1995. Elle s’intéresse aux textures, à la sculpture, au travail sur argile, à la mosaïque et au vitrail dans sa pratique personnelle. Elle crée le Studio d’Art La Muse en 2008 par le biais duquel elle se consacre à l’enseignement des arts visuels. Chantal est Métis et après avoir suivi une formation comme facilitatrice pour l’enseignement de la Roue de médecine, elle partage cette philosophie dans les écoles. Ses origines autochtones provoquent chez elle des réflexions profondes qui influencent sa pratique artistique.


ImageFatale aka Karen Vanderborght, née en Belgique et basée à Toronto, est une directrice créative douée pour la technologie et la narration. Depuis ses débuts dans les arts médiatiques et le cinéma underground jusqu’à son travail actuel dans les productions VR et AR pour des clients tels que les Nations Unies, elle a toujours été à la pointe de l’innovation. Son parcours diversifié, son expérience internationale et son amour du jeu font d’elle un talent unique et polyvalent dans l’industrie.