sonia travail - 401x280

Sonia Robertson

Artiste Visuelle

Ilnu de Mashteuiatsh, Sonia Robertson a complété un baccalauréat en art interdisciplinaire à l’Université du Québec à Chicoutimi après un Diplôme d’études collégiales en photographie. Elle a également suivi quelques formations complémentaires (Butoh, matières-premières, danse-performance, poésie, etc.). Elle vient de terminer une Maîtrise en art-thérapie à l’ Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT).

Après la musique, la photographie fut son premier moyen d’expression. Chez les autochtones, on interdit la prise d’images durant les cérémonies, car on affirme que la photographie vole l’âme du sujet. C’est ainsi qu’elle utilise l’image. Ses œuvres deviennent la trace matérielle de l’expérience spirituelle vécue avec les sujets, avec l’esprit des lieux. Le désir d’utiliser l’espace, de créer des lieux sacrés, de reconstituer des ambiances, l’a menée vers l’installation. Ensuite, le besoin d’épurer, d’aller à l’essentielle et de se rapprocher des gens, l’on amené à considérer le corps comme matériau, porteur de sens, et ainsi aller également vers la performance/danse et l’esthétique relationnel, en plus de poursuivre l’installation in-situ.

Souvent, ses œuvres n’existent que pour et par les lieux pour lesquels elles sont crées. Elles sont un moment, un instant de présent, parfois marquées par la répétition du geste, lui-même inspiré des femmes artisanes de sa communauté. Empreintes de légèreté et de mouvement, elles deviennent communions/tensions entre; ombres et lumière, le corps et l’esprit, la matière et l’au-delà. Parfois politiques, curatives et/ou participatives, Robertson tente de mener à travers elles une réflexion sur le respect de toutes formes de vie. Les questionnements portent sur les polarités, le changement de perception, les limites de l’espace (lieu), les matériaux (comme immatériaux) et la place des Premières Nations en ce monde.

 

FB_IMG_1503021217948